Samedi 23 septembre 2017
RSS
Newsletter Recevez la newsletter :
essai Yamaha Majesty S 125 MBK Skycruiser S 125 compact

La voie royale !

Essai Yamaha Majesty S 125 / MBK Skyliner S 125 2014

Mots-clefs de l'article : MBK - Scooter - 125 (B) - Scooter urbain - Yamaha - Yamaha Majesty
Revus de fond en comble, et portant dorénavant la dénomination "S", les nouveaux Yamaha Majesty et MBK Skyliner 125 proposent plus de fonctionnalité sur le segment des scooters compacts. Avec leur look inédit, leurs équipements de belle facture, leur moteur high-tech et leur châssis singuliers, leur essai révèle une nouvelle façon d’arpenter la ville.
Millésime : 2014
mercredi 9 juillet 2014
125 cm3   legende
 
Commentaires Enregistrer au format PDF   impression  réagir à l'article 0 réaction
 
Galerie photos Yamaha Majesty S 125 / MBK Skyliner S 125 2014 Galerie photos Yamaha Majesty S 125 / MBK Skyliner S 125 2014


C’est le comme-back de l’été ! Modèles phares nés au début du siècle, les Yamaha Majesty et MBK Skyliner 125 font leur retour en concession. Mais cette nouvelle génération des mini-GT si prisés des citadins n’a plus grand-chose à voir avec les précédentes. Certes, ces scooters demeurent toujours aussi compacts, mais à Paris où nous les avons découverts hier, les Yamaha Majesty S et Skyliner S proposent un style moderne très différent, ainsi qu’une position de conduite bien plus adaptée pour sillonner la ville.
En effet, sur l’assise culminant dorénavant à 795 mm du sol, le pilote adopte une position haute, buste droit et bras étant relâchés grâce au guidon bas. Le cintre parfait de l’accessoire permet de jouir d’une ergonomie peu critiquable. Quant au plancher, il présente une grande surface plane sur laquelle on trouve beaucoup d’espace pour caler ses semelles, même en grande pointure !

Scooter-Station essaye les Yamaha Majesty S 125 et MBK Skyliner S 125 2014

Majestueusement facile !

Tout en longueur, ce spacieux marchepied présente toutefois une largeur contenue pour que tous les types de pilotes disposent de bons appuis au sol. Le dessin de la selle particulièrement effilé à sa base va également dans ce sens. Yamaha/MBK cherchant - notamment - à attirer les femmes, cela confère d’emblée beaucoup de confiance lors des manœuvres moteur éteint, et à basse vitesse. L’excellent rayon de braquage favorise également une prise en mains rapide.
Avec leur dosseret haut, les selles des 125S offrent un bon maintien lombaire. Mais du coup, elles n’autorisent que peu de possibilités de recul, un problème pour les grands pilotes qui chercheront s’éloigner d’un tablier trop proche de leurs genoux. Il faut dire qu’avec son bouchon de réservoir à gauche et son vide-poche à droite, l’accessoire est pour le moins volumineux.

Scooter-Station essaye les Yamaha Majesty S 125 et MBK Skyliner S 125 2014

Très bonne capacité d’absorption

Le passager est quant à lui choyé. Certes, il doit enfourcher une partie arrière un peu haute, mais il bénéficie de repose-pieds escamotables et de larges poignées de maintien. Grâce à la selle à double étage, il dispose d’un espace indépendant, il est vrai étroit mais bien moelleux grâce à une épaisseur de mousse appréciable. En outre, la suspension arrière filtre à merveille les irrégularités, renforçant ainsi le confort de l’hôte.
Cette capacité d’absorption est à mettre au compte de l’amortisseur placé à l’horizontale (comme sur les modèles à grandes roues Yamaha Xenter et MBK Oceo 125). Sa progressivité est parfaite. Au passage de petites aspérités, il travaille idéalement et, sur les gros chocs, il encaisse bien plus que les ressorts classiques. De plus, il confère aux Majesty S et au Skyliner S 125 2014 une parfaite tenue à l’accélération, doublée d’un très bon maintien de cap en courbe. La fourche nous est apparue moins convaincante. Sur le pavé parisien, elle nous a semblé parfois trop rebondir et sensiblement plonger sur certains freinages appuyés.

Scooter-Station essaye les Yamaha Majesty S 125 et MBK Skyliner S 125 2014

Un monocylindre plein de promesses

Silencieux, souple, linéaire, vif à l’accélération, le monocylindre Yamaha à refroidissement liquide offre un bon agrément. Ce n’est pas le plus réactif au démarrage, mais ses reprises jusqu’à 80 km/h sont satisfaisantes et aucune vibration ne vient entacher la conduite. Le cadre trop limité de notre roulage ne nous a pas permis de pousser le Majesty dans ses derniers retranchements, ni d’ailleurs d’établir ses besoins en carburant, que Yamaha annonce minimes. Lors d’un prochain comparatif, nous ne manquerons donc pas de vous en dire plus quant à son allonge ou sa consommation.
Dans le cadre strictement urbain de cette présentation nationale, les nouveaux Majesty et Skyliner S ont démontré un bon équilibre et une grande maniabilité. Peu encombrants, ils se faufilent aisément dans la circulation. Ce sont également de bons freineurs. Leur système offre en effet un mordant conséquent et, là encore, de la progressivité, en particulier à l’arrière qui ne bloque que tardivement. Dommage toutefois que l’ABS ne soit pas au programme. Quant aux pneus Kenda - d’origine taïwanaise - montés sur des jantes de 13 pouces, leur hauteur leur confère un surplus de rondeur et une mise sur l’angle toute en douceur. Sur le sec leur grip étonne. Sur chaussée mouillée, ils ne se dérobent pas plus que les grandes marques du marché. Assurément, une bonne surprise !

Scooter-Station essaye les Yamaha Majesty S 125 et MBK Skyliner S 125 2014

Citadin pratique

Sur ce roulage en ville, nous avons ressenti un assez bon confort. La protection latérale offerte par la face avant nous semble également bien étudiée. En revanche, le haut du corps est davantage soumis à la pression de l’air, les designers nippons ayant opté pour une partie avant très basse, comme sur le Kymco G-Dink par exemple. Au moins, la vision sur la route est parfaite. La lisibilité de l’instrumentation inédite l’est tout autant. On apprécie l’agencement du bloc scindé en trois espaces, faisant la part belle au compte-tours analogique dans la partie centrale. A droite apparait un compteur LCD des plus lisibles, pour la vitesse, l’horloge et le kilométrage partiel. A gauche est installée la jauge de carburant.
Sous la selle, soutenue par vérin et qui monte toute seule une fois l’ouverture actionnée au contacteur, le coffre de 32 litres peut accueillir un jet à visière longue, voire un tout petit intégral. On peut toutefois optimiser la capacité d’emport en installant un gros sac sur le plancher, maintenu par un crochet placé en haut du tablier. Le vide-poche est vaste, mais demeure ouvert : il ne faut donc rien y laisser. Pour clore ce chapitre sur les aspects pratiques, notez que les Yamaha Majesty S 125 et MBK Skyliner S 125 possèdent un bouchon à essence fermant à clé, monté sur charnière et disposé dans le tablier pour un remplissage aisé ainsi qu’une serrure anti-crochetage et deux béquilles.

Scooter-Station essaye les Yamaha Majesty S 125 et MBK Skyliner S 125 2014

Bilan : Un choix rationnel, mais un placement prix discutable

Fabriqués à Taïwan, les Yamaha Majesty S 125 et MBK Skyliner S 125 présentent une fabrication soignée, aux standards des productions franco-nippones. Si leur design nous semble assez conventionnel - encore que la partie arrière, au bloc feux à LED et aux larges clignotants, soit assez originale – nous sommes davantage convaincus par leur fonctionnalité et leurs qualités dynamiques.
Affiché à 3 490 €, ils se placent parfaitement dans les gammes Yamaha/MBK, mais moins sur le segment des citadins compacts où l’on trouve un Honda PCX 125 à 2 699 € ou un Peugeot Citystar 125 à partir de 2 599 €. Ces deux références sont certes moins cossues et plus menues, mais pour qui cherche un choix rationnel pour satisfaire ses besoins quotidiens, ce tarif rapprochant finalement ces "S" des GT taïwanais (Kymco, Sym) n’est pas vraiment à leur avantage. Le prix de l’originalité, certainement !

Plus Moins
  • prise en mains
  • progressivité de l’amortisseur arrière
  • planche de bord
  • agrément moteur en ville
  • freinage
  • place pour les grands gabarits
  • fourche sur petites bosses
  • placement prix


 
Crédits :
Mehdi Bermani-Tezkratt - Photos Laurent Benchana
 


Fiche technique

Moteur : , monocylindre, 12 cm3, 4 temps, alésage 52 mm x course 58,7 mm, refroidi par eau, 1 ACT et 4 soup./cyl., injection électronique, transmission automatique à variateur, démarreur électrique
Puissance 12 ch. (8,8 kW) à 7 500 tr/min, couple 1,1 daNm à 7 000 tr/min

Partie cycle : cadre tubulaire en acier, fourche télescopique, déb. 79 mm, 1 amortisseur arrière placé à l’horizontale, déb. 93 mm, frein AV disque pétale 267 mm / étrier 2 pistons - AR disque 245 mm / étrier simple piston, pneus AV 120/70 x 13 - AR 130/70 x 13

Gabarit : dimensions (L x l x h), 2 030 x 715 x 1 295 mm, empattement 1 405 mm, hauteur de selle 795 mm, réservoir 7,4 l, poids tous pleins constructeur annoncé à 148 kg

Performances : vitesse maxi non-mesurée, conso moyenne de l’essai non-mesurée

 

Partageons nos expériences !

En ce moment, avis d'utilisateurs sur cette YAMAHA YP Majesty S 125

Graphique note YAMAHA YP Majesty S 125 Note générale : 0
Classement général : e /
Evolution :

Conclusion maxitest Dernier avis :

 
 

 
 

Articles relatifs

Nos derniers articles relatifs à : MBK - Scooter - 125 (B) - Scooter urbain - Yamaha - Yamaha Majesty

Le Honda Forza 125 menacé ?
Nouveau Yamaha X-MAX 125 2018
12 septembre
Toujours dans le coup ?
Essai Yamaha X-MAX 400
4 août
Une alternative très crédible
Essai SYM JET14 125I
2 mai
Dolce Asiate
Essai Kymco New Like 125
27 avril
 
 
 
 


Annuaire des concessionnaires 
Trouvez votre concessionnaire
scooter moto près de chez vous

 
 

 

 

 

Top hebdo*
* articles les + lus durant les 7 derniers jours
 

 

 

 
 
1 visiteur connecté