Samedi 18 novembre 2017
RSS
Newsletter Recevez la newsletter :
Adiva AD 125 2010 scooter GT avec toit décapotable

Toujours le seul scooter à toit !

Essai Adiva AD 125 2010

Avant l’arrivée prochaine de l’AD3 300ie, premier scooter à trois roues équipé d’un toit, Scooter-Station est allé tester la dernière mouture du modèle phare de la marque Adiva, l’AD 125 2010, doté d’un nouveau moteur. Mais rouler à l’abri de la pluie vaut-il pour autant de débourser 4 990 € ?
Millésime : 2010
mercredi 10 novembre 2010
125 cm3   legende
 
Commentaires Enregistrer au format PDF   impression  réagir à l'article 5 réactions
 
Galerie photos Adiva AD 125 2010 Galerie photos Adiva AD 125 2010


A la fin de l’année 2007, Scooter-Station essayait la première mouture de l’Adiva AD 125, ultime incarnation des Benelli Adiva et Renault Fulltime. L’unique scooter à toit escamotable nous revenait alors pour la première fois sous la marque Adiva, avec une partie cycle cohérente enfin remise au goût du jour et une motorisation d’origine Piaggio. Aujourd’hui, hormis ses feux à diodes, l’Adiva AD 125 2010 est esthétiquement quasi identique au millésime 2008. Toutefois beaucoup d’éléments concernant la marque ont changé. L’entreprise n’est plus italienne, l’oeuvre de Nicola Pozio étant depuis passée aux mains d’investisseurs japonais. Du coup, Adiva est maintenant la 5ème marque japonaise sur le marché français. Mais si les fonds proviennent du pays du Soleil Levant, le bureau de style et de design demeure transalpin. De plus, l’usine qui fabrique les Adiva est maintenant établie à Taïwan, référence du sud-est asiatique en ce qui concerne la qualité de fabrication des deux-roues de petite cylindrée. Il n’est donc pas étonnant de trouver sur l’AD 125 millésime 2010 une nouvelle motorisation d’origine taïwanaise. Exit le bloc Leader Piaggio et place à un nouveau coeur d’origine Sym, que le constructeur nous annonce plus endurant.

Adiva AD 125 2010, 3/4 avant droit

L’ADN d’Adiva

D’autres évolutions en France entourent la marque Adiva. Sa distribution est assurée depuis le mois de mars par l’importateur Euromotor (dont le réseau de concessions recouvre l’ensemble des grandes villes françaises). Outre les scooters PGO et les embarcations Chris Craft, Euromotor gère donc la diffusion du seul scooter à toit du marché, de surcroît décapotable. Replié, sa structure se loge dans la grande malle arrière de 80 litres, laissant une cinquantaine de litres pour le rangement. Pratique et unique, ce concept de protection est la marque de fabrique Adiva. L’élément est facile à manipuler. Il est relié au grand pare-brise par un système de crochets comparables aux attaches des fixations de ski. On déclipse les deux points d’ancrage, on plie la structure légère et ce hard-top monté sur vérin est maintenant rangé dans le grand coffre, où il reste même encore pas mal de place pour placer un ordinateur, un casque intégral et d’autres babioles. Et ci cela s’avère insuffisant, un autre espace de rangement sous la selle peu accueillir un casque jet. Enfin deux vide-poches, dont un équipé d’une prise allume-cigare, sont disposés dans le tablier.

Adiva AD 125 2010, action 3/4 arrière

Confort et équipement haut de gamme

Cette protection unique pour le pilote comme son passager démontre que le point fort de ce scooter est son confort. D’ailleurs, tout est fait pour que l’on se sente à bord de l’Adiva comme à la maison. Le pilote est royalement assis sur une selle moelleuse dont le grand dosseret soutient bien les reins. La passager est encore mieux loti, disposant carrément d’un appuie-tête et de retours de carénage latéraux, que l’on imagine protecteurs en cas de chute. Cette place arrière en revanche, ne conviendra pas aux aux grands gabarits. Pour cet essai, le passager mesurait 1,70 m et sa tête casquée heurtait parfois la partie arrière du toit. Pour le reste, ce scooter trois étoiles possède une instrumentation pour le moins complète. Sous la planche de bord, deux aérations type automobile se chargent de diffuser la chaleur du chauffage (disponible en option). L’AD 125 peut également embarquer un autoradio MP3 optionnel, d’où l’emplacement disposé au centre du tablier pour les haut-parleurs. Enfin, clou du spectacle, un essuie-glace élimine les gouttes venues mourir sur le pare-brise. Son fonctionnement à deux vitesses se commande à la poignée droite. Et si des traces persistent, un pulvérisateur de lave-glace est disponible à la poignée gauche. Le grand luxe !

Adiva AD 125 2010, essuie-glace

Plus de nervosité, moins d’allonge

La prise en main du guidon est de prime abord déroutante. L’accessoire semble assez haut et surtout, particulièrement étroit. Sa largeur été réduite pour limiter l’encombrement de l’engin, ce qui demande un petit temps d’adaptation, toutefois la chose est loin d’être insurmontable. Mais dans cette quête de manoeuvrabilité et d’étroitesse, les ingénieurs italiens ont oublié de faire de même avec les rétroviseurs. Ceux-ci sont en effet mal placés et il n’est pas rare qu’ils se retrouvent à la même hauteur que ceux de certains 4x4 et autres gros utilitaires. Avec leurs clignotants intégrés, on imagine la facture salée s’ils venaient à casser.
Le tour du propriétaire arrivant à sa fin, il nous tarde maintenant d’essayer la nouvelle motorisation, issue du Sym Citycom 125. Si sur le papier, ce coeur à perdu en puissance pure comparé à l’ancien bloc Piaggio Leader (il passe de 14,9 à 12,5 ch.), ce qui s’avère quasiment imperceptible en termes d’agrément. Dans la mesure où le bloc conserve la même démultiplication que sur le Sym Citycom, équipé de roues de 16 pouces, sa nervosité est préservée par les roues de 14 pouces de l’Adiva. Du coup l’AD 125 2010 décolle rapidement et est bien vif jusqu’à 50 km/h. A ces allures, ce moulin bien rempli fournit de vraies reprises et conserve de sa linéarité jusqu’à 80 km/h. En revanche, passée cette limite, il pointe malheureusement aux abonnés absents. La vitesse maximale que nous avons mesurée à 101 km/h est difficile à atteindre, en particulier lorsque le vent souffle fort, car l’engin est pour le moins volumineux. Du coup, le terrain de prédilection de l’AD 125 2010 est aujourd’hui, encore plus qu’avant, la ville. Fonctionnel et agile grâce à cette nouvelle motorisation, c’est un citadin patenté. Malgré l’importance de ses carénages et de ses poids suspendus en hauteur, il est étonnement maniable. Sa très bonne partie cycle aide également à l’apprivoiser. A la rigidité du cadre répondent des suspensions assez fermes, surtout sur l’arrière. Quant au freinage à disque à l’avant comme à l’arrière, nous l’avons trouvé facile à doser et suffisamment mordant.

Adiva AD 125 2010, action 3/4 avant

Bilan : Au royaume des aveugles...

Dans la mesure où aujourd’hui l’Adiva AD 125 est le seul scooter à toit (le BMW C1 a disparu des concessions depuis bien longtemps...), on accepte plus facilement ses petits défauts. Sa nouvelle motorisation, moins gourmande en carburant (4,2 l/100 km contre 5,2 l/100 km auparavant), apparaît mieux adaptée à un usage urbain. Toutefois nous regrettons qu’elle ait perdu de son allonge (que nous critiquions déjà sur le millésime 2008). Par ailleurs, ce nouveau coeur nous a semblé bruyant, et quelques vibrations ressenties à haut régimes sont venues entacher un confort jugé jusque-là assez satisfaisant. Vendu 4 990 €, une somme rondelette pour un 125 cm3, l’Adiva AD 125 2010 n’est pas exempt de lacunes de finition. Si l’équipement est à la hauteur - là-dessus rien à redire -, certains fils apparaissent au niveau des poignées passager ou du moteur et l’ajustement des pièces d’habillage (en particulier sur celles qui entourent le grand pare-brise) pourrait être meilleur. Mais il faut bien admettre que l’excellente protection fait vite oublier ces quelques désagréments. Piloter un scooter sous la pluie, visière ouverte et en demeurant parfaitement au sec est une expérience qui n’a pas de prix... quoi que !

Plus Moins
  • protection de l’ensemble pare-brise/toit
  • mécanique volontaire à bas et mi-régime
  • capacité d’emport
  • chauffage et radio en option
  • duo possible
  • finition
  • mécanique bruyante
  • prix


Essai Adiva AD 125 : La vidéo Scooter-Station.com


 
Crédits :
Mehdi Bermani - Photos Christophe Le Mao et MB
 


Fiche technique

Moteur : monocylindre, 4 temps, 124,5 cm3, refroidissement liquide, 1 ACT et 4 soupapes/cyl., alésage 57 mm x course 48,8 mm, carburateur, transmission automatique à variateur, démarreur électrique
Puissance 12,5 ch. à 8 500 tr/min, couple 1,09 daN.m à 6 500 tr/min

Partie cycle : structure mixte monotube intégrée à un treillis acier, fourche télescopique diamètre 41 mm déb. 100 mm, 2 amortisseurs AR réglables en pré contrainte (4 positions) déb. 80 mm, freins AV 1 disque diam. 260mm / étrier double piston - AR disque diam. 220 mm, pneus AV 120/70 x 14 - AR 140/70 x 14

Gabarit : dimensions (L x l x h ) : 2 230 x 690 x 1 770 mm, empattement 1 640 mm, hauteur de selle 720 mm, réservoir 14 litres, poids tous pleins faits mesuré à 187,8 kg (AV 77,6 kg ; AR 110,2 kg)

Performances : vitesse maxi mesurée à 101 km/h (105 km/h au compteur), consommation moyenne de l’essai 4,2 l/100 km

 

Partageons nos expériences !

En ce moment, 6 avis d'utilisateurs sur cette YAMAHA DTMX 125

Graphique note YAMAHA DTMX 125 Note générale : 8.24
Classement général : 616e / 1144
Evolution : 1

  • Votre essai 9
  • Fiabilité 8.73
  • Moteur 7.9
  • Partie cycle 8.11
  • Ergonomie 8.25
  • Pratique 6.16
  • Budget 8
  • Vous 9.8
Conclusion maxitest Dernier avis :
La Yamaha DTMX 125 est une bonne moto, agréable et facile. La mienne à 36 ans et évidement, il faut en prendre soin, vérifier régulièrement l'huile, bien régler le carburateur en mode hiver/été. Sans oublier de la faire chauffer avant de partir, mais globalement si on la respecte, elle le rend bien et pour longtemps.

 
 

 
 

Articles relatifs

Nos derniers articles relatifs à : Adiva - BMW C1 - Scooter - 125 (B) - Scooter GT - Scooter selle basse - Scooter urbain

Scooter électrique et efficace !
Essai Askoll eS3
2 novembre
La référence de retour ?
Essai Yamaha X-MAX 125 2018
11 octobre
Un atout pour la ville !
Essai Peugeot Belville 125
29 septembre
Valeur sûre
Essai Suzuki Burgman 400
25 septembre
Toujours dans le coup ?
Essai Yamaha X-MAX 400
4 août
 
 

Vos commentaires

  • Adiva AD 125 2010
    11 novembre 2010, par Pkoipas1
    On peut également remarquer que les compteurs à aiguilles sont également de chez SYM, notamment du GTS en ce qui concerne la vitesse.

    • Adiva AD 125 2010
      12 novembre 2010, par tchotcho
      c’est un scooter parfait pour les transport urbain je suis au sec toute l’année et ce nouveau modéle est trés sobre en essence
      • Adiva AD 125 2010
        8 août 2013, par Jerome
        J’ai eu ce scooter qui est vraiment pratique mais il faut faire attention à plusieurs choses :
        - prise au vent latéral : très surprenant et peu créer des ecarts importants. Quand il y a beaucoup de vent, ralentir l’allure.
        - vitesse maximum limité à 90/95kmh. Accélération très linéaire, moteur "mou"
        - consommation importante à régime élevé, de l’ordre de 6-7 litres au 100 sur autouroute
        - axe du coffre coupant : faire attention à ne pas mettre des objets tout en bas du coffre car à la fermeture il y a un axe en fer qui coupe très fort (j’ai esquinté un casque arai comme ça) A part ça bon scooter !!! porno streaming
        • Adiva AD 125 2010
          11 décembre 2013
          j’ai ce scooter depuis 2008 je suis en panne de démarreur ou peut on trouver les pièces détache je cherche un commodo de démarreur.
          • Adiva AD 125 2010
            11 décembre 2013, par Mehdi

            Un nouvel importateur a été annoncé sur le Salon de la Moto et du Scooter de Paris 2013. Il s’occupe déjà des scooters Sym et des motos Derbi. Lisez cet article :

            http://www.scooter-station.com/Adiva-AD3-2014-Salon-de-Paris-2013-6-499-EUR-pour.html

            A bientôt ! La Rédaction


 
 


Annuaire des concessionnaires 
Trouvez votre concessionnaire
scooter moto près de chez vous

 
 

 

 

 

Top hebdo*
Kymco Concept C séries CV2 et CV3
En dévoilant les concepts C séries CV2 et CV3 à Milan, Kymco annonce une famille enrichie d’un maxi scooter à trois roues et d’un maxi scooter voyageur.

* articles les + lus durant les 7 derniers jours
 

 

 

 
 
1 visiteur connecté